Croisements et étalons fondateurs

Ce poney a nettement changé d'apparence tout au long du XIXe siècle, malgré une tentative d'interdiction d'inscription des animaux possédant moins de 75 % d'ancêtres Dartmoor au registre généalogique de la race. Ces croisements se poursuivent sur tout le début du XXe siècle. Quelques éleveurs, appuyés par la Dartmoor Pony Society, tentent de sauver la race après la Première Guerre mondiale grâce à de nouveaux croisements. Le Welsh mountain pony et le Fell sont employés, ainsi que le poney de polo Lord Polo et des races orientales légères, notamment l'Arabe et le Pur-sang. Un supplément d'étalons Shetland est amené pour le transport d'étain, certains de ces poneys écossais s'échappent et se mêlent au cheptel.
À la même époque, le Duchy Stud, propriété du prince de Galles, achète de nombreux poneys Dartmoor dans le but d'élever un petit cheval de selle à tout faire. L'un des étalons employés avec succès est l'Arabe du désert Dwarka (né en 1892) , un bai d'1,41 m doté d'une « tête de poney ». Le Duchy Stud donne les chefs de race, The Leat (né en 1918) et Heatherbelle VI. Propriété de Sylvia Calmady Hamlin, secrétaire de la Dartmoor Pony Society pendant 32 ans, The Leat est un poney de 1,22 m réputé pour la beauté de sa conformation, fils de la jument Dartmoor noire Blackdawn et de l'Arabe Dwarka. Sa lignée reste très présente chez les Dartmoor actuels. Jude (né en 1941), fils d'un étalon Welsh, appartient à la lignée de The Leat. Il est l'un des plus célèbres étalons Dartmoor. Le roi Édouard VIII garde un petit cheptel à Princetown et vers 1920, élève des poneys de polo par croisements avec des Arabes et des Pur Sangs